Les guerre successives en RD Congo

Les guerres successive au Congo Démocratique, ont depuis 1996, plongé des innombrables vies humaines dans une situation humanitaire le plus catastrophique que le pays n’a jamais vécue.

Hommes, femmes, enfants, vieux et jeunes, tous ont été victimes de ces guerres. Cependant, les plus grandes victimes de toutes ces tragédies humaines demeurent les enfants immatures innocents, se sont retrouvés dans l’engrenage des guerres, les uns les fuyant, les autres s’y engagent et/ou forcés de s’y engager n’a pas d’autres solutions : ils sont devenus les enfants- soldats.

Aussi dans le cadre de la matérialisation de la coopération UNICEF/République Démocratique du Congo d’une part, et dans l’application du suivi de programme sur le plaidoyer de l’UNICEF, d’autre part, programme destiné à éviter l’enrôlement des enfants dans les forces armées, à démobiliser les enfants- soldats et à les aider à se réinsérer dans la société, le plaidoyer de l’UNICEF est longtemps resté sans échec optique que l’UNICEF-BUKAVU, en collaboration avec une ONGD locale très active sur terrain, dénommée  Association des Jeunes pour les Développement Intégré de Kalundu  «  AJEDI-Ka » vient de lancer un défi et de briser le silence en transférant une trentaine d’enfant Auto-démobilisés autre de transit et d’orientation de Bukavu, centre qui est sous la gestion de Bureau pour le volontariat au service de l’enfance et de la santé, BVES en sigle. L’opération s’est déroulée en date du 21 Septembre 2002.

Par ailleurs il est à noter qu’avant de franchir cette première étape, plusieurs réunions de réflexion et de sensibilisation suivies de séances d’évaluations des partenaires œuvrant dans le domaine de la protection de l’enfant. Ont été tenues par AJEDI-Ka à deux niveaux.

  1. Au niveau interne
  • L’association a eu à organiser des réunions pédagogiques au bénéfice des animateurs aux fins de les armer théoriquement des moyens psychopédagogiques nécessaires, pour les objectifs qu’elle s’est assignés avant la localisation des sites (villages) dans lesquels les enfants-soldats auto-démobilisés et à démobiliser étaient hébergés.
  • L’association procédée à l’identification des enfants soldats auto-mobilisés au niveau d’UVIRA centre, de la plaine de la Ruzizi et d’une partie de territoire de Fizi.
  • Les parents et la communauté ont assisté à plusieurs rencontres visant leur participation active dans ce programme.
  • L’association initié un plaidoyer auprès des autorités locales du RDC, d’une part, et auprès des émissaires des combattants nationalistes (Mai-Mai), d’autres part, en faveur des enfants plaidoyer consistants essentiellement à la protection de cette catégorie d’enfants enrôlés dans les force combattantes à leur démobilisation, au respect de la convention relative aux droits de l’enfant, et à la mise sur pied d’une législation sur l’âge limite de recrutement des jeunes.
  • Au niveau externe
  • L’association a plaidé auprès de l’UNICEF- BUKAVU, en faveur des enfants pour une réinsertion normale dans leurs différents communauté de base et a part, la suite, présenté son premier rapport d’identification des enfants- soldats auto-mobilisés.

Deux descentes sur terrain à Uvira étaient organisées.

  • La première était faite du 17 au 20 Juillet 2002. C’était une mission interagence, dans laquelle l’UNICEF était présent et avait présidé la commission enfance. L’association avait été évaluée par Mr Adolphe cirimwami et avait eu le privilège d’être visitée sur terrain.
  • La deuxième est celle du 7 au 11 aout 2002. Elle était la plus déterminante et la plus musclée, car elle était composée de l’UNICEF, de la MONUC, du G5 de l’EMG du RCD, de la DIVAS et du BVES. La mission était venue juste palper du doigt la réalité sur terrain à Uvira et faire la pré- identification de ces enfants- soldats.
Posted in Uncategorized.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *